jeudi 16 juillet 2015

Une robe carte blanche !


C'est souvent le moment le plus attendu... Autant redouté que redoutable. La recherche d'une robe. Que dis-je LA robe ! Une vraie chasse au trésor s'engage. Un combat entre doutes et incertitudes. Des heures d'essayage. Il faut dire que cette dernière doit séduire la petite fille exigeante qui est en nous et qui a longtemps rêvé de cet atour. Les yeux rivés sur le miroir, on contemple ce reflet étrange. Une jeune fille un peu gauche dans une grande robe, à l'état d'ébauche. Elle imagine la coiffure qu'elle aura, la parure qu'elle portera. Elle attend ce déclic qu'on lui a promis. Car tout le monde lui a dit la même chose. Quand tu auras trouver la bonne, tu le sauras au premier coup d'oeil, une fois revêtue !

On dit aussi qu'il ne faut pas avoir une idée trop précise... Car ce qui nous plait sur un mannequin, n'est pas toujours une révélation une fois enfilée. Je n'avais donc pas fait le plein de catalogues et d'images, de peur d'avoir un coup de coeur, uniquement sur papier glacé.

Il y a eu la robe de princesse, tout en tulle. Superbe mais trop volumineuse pour mon petit gabarit. La robe "piou-piou" avec un tas de plumes dessus. La robe scintillante, comme sortie d'un conte des Mille et une nuits. Et même, la robe brodée de noir. Mais je crois que mon papi en aurait fait une jaunisse ! Bien sûr, je n'ai pas échappé à la robe meringue. Juste pour voir ce que cela fait de pouvoir disparaître dans le fouillis du jupon.

Cependant, je gardais toujours à l'esprit que je voulais trouver ma robe de mariée, comme je chine une perle rare. Et pouvoir la transformer à ma guise, comme je détourne un objet...


C'est ainsi que j'ai poussé par hasard la porte de l'adorable boutique Les robes de Lili. Elle n'était pas facile à trouver dans un petit village isérois de quelques 7000 âmes. Quelle surprise de découvrir derrière la jolie vitrine en bois, un intérieur aussi chaleureux qu'un boudoir, rempli de belles robes toutes plus uniques les unes que les autres. Ici, pas de robe commandée sur catalogue. Ce sont toutes des modèles issues des collections de maison haute-couture ou de prêt-à-porter de luxe. Il suffit de trouver la robe qui nous attend... Ensuite, tout se passe entre les doigts de fée de Catherine, la couturière, qui retouche, réajuste à la taille et réalise une robe sur mesure. Sous le regard avisé de Lydia, dont les conseils font mouche !


Mon rêve a également pris forme grâce à une rencontre fortuite avec Théa Carini. Celle-ci m'a aidé à dénicher le bijoux appliqué qui orne ma robe... Et il y a bien d'autres merveilles sur son site : www.carini-accessoires.com. Je ne peux que vous inciter à y faire un petit tour !

Je dis souvent, "les choses les plus attendues, arrivent souvent par surprise." La phrase n'est pas de moi mais de Pierre Lemaître, l'auteur du roman Robe de mariée. Cela ne s'invente pas...


Une robe de mariée, à droite mon déguisement de fillette,
à gauche celle "pour de vrai"...

Retrouvez le sommaire : ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A vos mots... Prêt ? Palabrez !