lundi 22 décembre 2014

Je suis bûche bée !

Un père Noël fait maison

Noël approche à grand pas et pourtant je n'en ai pas écrit une ligne ! Ce n'est pas faute d'affoler la blogosphère et de mettre les boutiques en ébullition. Difficile de trouver un magazine féminin qui ne le placarde pas en tête d'affiche ! Jusqu'à présent, je ne m'étais pas prise au jeu. Toute entière consacrée à mes objectifs boulot entre train (au retard fiasco) et dodo. Il y a plus drôle, je sais. D'ailleurs, c'est bien ça qui m'a fait sortir de ma réserve. Oh oh oh...

Noël est mis à toutes les sauces, même les plus ridicules. Ce matin, je crois que j'ai déniché le gros lot avec ces magnifiques couvre-chefs de la marque Claire's, dont le mieux est en forme de dinde pour les pintades qui ont le sens de l'auto-dérision ! Avec la petite robe hotte qui va bien. Oui, on n'échappe pas au jeu de mot de choc...
Alors qu'est-ce que je pouvais bien en dire de plus ? Noël, on l'aime ou on l'aime pas. Certains y voient l'opportunité de réaliser des merveilles. D'autres un casse-tête chinois pour les cadeaux. Et à croire que c'est fait exprès, les idées viennent chez moi une fois la date passée !

Mais je vais éviter de faire la dinde aigrie qui voit d'un mauvais oeil "la grande vadrouille" parce que la télé nous la sert chaque année... Non, je vais m'en tenir à ce que j'aime retrouver : la tradition. Il ressemblait à quoi Noël avant de devenir un phénomène juteux ? 

Alors j'ai été fouiner dans ma collection de vieux magasines du Petit écho de la mode. Et j'ai pioché un exemplaire de 1951, du 23 décembre, très exactement. Histoire de prendre la température des soirées d'autrefois... Je vous invite donc à lire, à partager l'article qui suit sur le fruit des traditions.
Retrouvez le sommaire : ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A vos mots... Prêt ? Palabrez !