vendredi 5 décembre 2014

Et les lumières fusent !


C'est aujourd'hui que les festivités commencent !

Pour les lyonnais, c'est un jour que l'on redoute, autant qu'il émerveille. D'abord, parce que souvent, il est synonyme de grève pour bien casser les pieds et ensuite, parce que marcher devient un corps à corps. Gare à celui qui prend le bain de foule à contre-sens ! 

Seulement passer le rebut de la marée humaine, c'est la magie qui l'emporte. Pour se laisser transporter sans râler à chaque coin de rue, il y a quelques bons conseils à retenir...



Évitez le plus possible le samedi soir. Mieux vaut y aller le dimanche soir ou si cela tombe un jour dans la semaine, choisissez ce jour-là ! 

Dotez vous d'un plan de la ville où figurent toutes les attractions, cela permet de se constituer un petit parcours et de choisir à l'avance ce que l'on veut voir. 

Surtout, pensez aux chaussures plates... Oui, mesdames, il y a des pavés à Lyon ! 

Enfin, effacez l'idée alléchante de vous faire un bouchon* durant ces quelques jours, il y a quelques 2 millions de touristes qui auront eu la même excellente idée !

Ah ! J'allais oublier... Il y aura forcément quelqu'un qui va vous demander pourquoi tout le monde met des bougies à ses fenêtres. Si vous vivez à Lyon, autant ne pas glisser sur cette peau de banane culturelle. Vous pourrez lui raconter, à celui qui croit vous poser une colle, cette petite histoire.

Le 8 décembre, jour de la fête de l'Immaculée Conception, fut choisi, en 1852, pour inaugurer la statue de la Sainte-Vierge posée sur le clocher de l'ancienne chapelle de Fourvière. Cette inauguration devait avoir lieu le 8 septembre précédant, mais elle dut être reportée à cause du mauvais temps. Sauf que le 8 décembre au matin, manque de bol, un violent orage s'abat sur Lyon. Le maître des cérémonies décide aussitôt de tout annuler et de reporter les réjouissances nocturnes au dimanche suivant. Puis, finalement, le ciel se dégage, et la population lyonnaise qui avait tant attendu cette cérémonie, d'un geste spontané, illumine ses fenêtres, descend dans les rues et quelques feux de bengale allumés à la hâte éclairent la statue et la chapelle de Notre-Dame-de-Fourvière. Les Lyonnais chantèrent des cantiques et crièrent « Vive Marie ! » jusque tard dans la nuit...

Alors le petit malin, il dit plus rien ?...

Cette année, je vais encore une fois rouspester contre les gens qui m'écrasent les pieds, les poussettes qui me tapent les tibias (désolée mais je ne comprendrais jamais pourquoi certains viennent avec la poussette du petit dernier !) Mais une fois de plus, j'aurais les yeux qui brillent comme une enfant...

Et surtout, amis Lyonnais et des alentours, n'oubliez pas la petite bougie sur le rebord de la fenêtre !


Retrouvez le sommaire : ici

1 commentaire:

  1. Une semaine de travail plus tard et j'ai encore les douces mélodies de la Lampe des Jacobins dans la tête! Quand je ferme les yeux, je m'imagine danser un langoureux Tango place des terreaux pendant que le Petit Prince de Saint-Ex s'envole telle une marionnette de Guignol vers la Grand'Roue place Bellecourt!
    Encore une fois, Lyon m'aura happée, mangée toute crue et une fois de plus je n'aurais pas résisté à l'appel de la ville des Gônes qui aura chipé avec classe le surnom de "Ville Lumière" à notre capitale parisienne préférée! Et ce n'est pas le bain de foule (que l'on aura évité avec brio) ni les bouchons pleins à craquer (grace à tes petites adresses bien sympathiques) qui me feront penser le contraire!!!!

    L'année prochaine réserve déja le weekend du 8!!! Parce que je reviendrai mais cette fois ci avec des chaussures plates communément appelées "Basket" pour pouvoir gravir une nouvelle fois les marches de Fourvière et contempler avec toi du haut de l'abri du Pèlerin la magnifique étendue de Lyon qui brillera dès lors de 1001 lumières....

    RépondreSupprimer

A vos mots... Prêt ? Palabrez !