dimanche 21 septembre 2014

Les petits dessous de la Mode

Photo de Guy Bourdin
Cela ne vous a sans doute pas échappé. C'est THE week-end pour le patrimoine ! Cocorico. Le JT claironne que l'Elysée attire les foules (comme chaque année...) Hier, on a élu le monument préféré des français (il est en Rhône-Alpes !) Mais il n'y a pas que les édifices qui ont bâti la richesse de notre histoire...

La Mode, la Mode, la Mode ! Un monument à elle toute seule. Elle aussi a ses petits secrets comme un château a ses passages cachés. Comme une bataille peut se gagner sur un ordre, elle aussi nait d'un détail. Ses origines sont souvent aussi curieuses qu'imprévues !
On peut dire que la mode féminine est "enfant de bohème" et n'a jamais connu de loi. La preuve par l'histoire.

Des incidents insignifiants ont souvent fait éclore des modes, qui faisaient ensuite le tour du monde : la difformité d'une princesse, la distraction d'une reine, le succès d'une pièce de théâtre ou d'un livre. Voulez-vous des exemples ?

Les filles de Saint Louis avaient de grands pieds, elles inventèrent les robes à traîne. 



La femme de Philipe III était affligée de long cou, elle inaugura les guimpes montantes. 


La belle Ferronnière ayant une brûlure juste au milieu du front, elle fixa un bijou soutenu par un fin lacet sur la cicatrice. 



Sous le règne de Henri II, des princesses atteintes d'un goitre, le dissimulèrent sous les hautes fraises tuyautées. Pour cacher la déviation de leurs épaules, elles inventèrent les manches bouffantes.

Vous avez soif d'autres histoires ? En voici, en voilà.


La reine Anne d'Autriche avait de beaux bras, elle lança l'usage des manches courtes.


L'impératrice Joséphine, gênée par l'irrégularité de ses dents, fit admettre par la Cour la mode d'un mouchoir de dentelle qu'on tenait constamment sur la bouche.


Les mules à hauts talons furent mises en faveur par Mme de Pompadour qui était de petite taille.


Savez-vous pourquoi nos ancêtres s'affublèrent pendant près d'un siècle d'une lourde perruque ? Parce que Louis XIV avait sur la tête une petite loupe qu'il fallait dissimuler.

La robe à paniers et la crinoline n'ont pas de plus sérieuses raisons d'avoir existé !

Aujourd'hui, la mode est influencée par une foule de causes, parfois tellement indirectes qu'il est impossible de les retrouver...

En examinant avec attention la toilette d'une femme, depuis la plume de son chapeau jusqu'au talon de sa bottine, on demeure étonné de voir combien de travaux et de recherches elle nécessite !

La mode, c'est un peu l'art d'accommoder les restes. Les modes nouvelles ne sont généralement qu'une combinaison ou le retour des parures du passé. J'en revient à ma pensée favorite. "C'est toujours avec le vieux qu'on fait du nouveau !"
Mais la mode continue sa marche fantasque. Et en dépit de cet adage, la Mode échappe à toutes les règles. Tantôt rebelle, tantôt sage. Souvent irrévérencieuse. C'est en cela qu'elle reste si fascinante...

Modèle de Georges Hobeika

- Inspiré de l'Almanach du Petit écho de la Mode 1932 -
Retrouvez le sommaire : ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A vos mots... Prêt ? Palabrez !